Accueil > Patrimoine & histoire > Le dictionnaire des acteurs et témoins > Consulter le dictionnaire des acteurs et témoins > Viens

Le dictionnaire des acteurs et témoins

Imprimer

Affichage détaillé (Consulter le dictionnaire des acteurs et témoins)


Gaston Viens en séance du conseil général le 19 octobre 1981. Photographe Jean-Pierre Perisco AD94, 39FI 159

Gaston

Viens

24 octobre 1924 - 21 décembre 2015


Disparu à 91 ans, le 22 décembre 2015, Gaston Viens, commandeur de la Légion d'Honneur, a durablement marqué la vie politique du Val-de-Marne. Militant communiste, ancien résistant et déporté, né à Cheval-Blanc dans le Vaucluse, il a endossé la responsabilité de premier président du Conseil général du Val-de-Marne. Cette homme à la fois timide et téméraire, ancien ouvrier agricole, puis secrétaire de la fédération du parti communiste des Bouches-du-Rhône, a incarné pendant trois ans l'image d'un Val-de-Marne naissant.

Disparu à 91 ans, le 22 décembre 2015, Gaston Viens, commandeur de la Légion d'Honneur, a durablement marqué la vie politique du Val-de-Marne. Militant communiste, ancien résistant et déporté, né à Cheval-Blanc dans le Vaucluse, il a endossé la responsabilité de premier président du Conseil général du Val-de-Marne. Cette homme à la fois timide et téméraire, ancien ouvrier agricole, puis secrétaire de la fédération du parti communiste des Bouches-du-Rhône, a incarné pendant trois ans l'image d'un Val-de-Marne naissant. Sous sa présidence on été définies les premières orientations d'un département marqué par un important besoin d'équipement. La poursuite de certaines politiques initiées par le département de la Seine, notamment dans le domaine sociale (gestion des crèches départementale) a été son cheval de bataille. Conscient des enjeux et de l'ampleur de la tâche qui attend les nouveaux conseillers, Gaston Viens déclare ainsi lors de la première séance du Conseil général :

"celui-ci [Le conseil général] n'aura pas le loisir d'attendre l'âge de l'expérience pour jouer le rôle que les habitants attendent de lui. Il doit tout de suite se mettre à l'ouvrage, affirmer sa personnalité, [...] travailler avec efficacité à résoudre tous les problèmes devant lui ...".


On retient avant tout de son parcours politique ses actions dans le domaine de l'urbanisme et du logement. À Orly, où il est élu maire en 1965, il s'emploie ainsi à « créer la ville ». Réduire les fractures entre le vieux village et les grands ensembles construits après-guerre cela notamment par l'implantation d'équipement sociaux-culturels, sportifs et éducatifs fait partie de ses priorités. Vivant lui-même au cœur de ces cités jusqu'en 1976, il entreprend plusieurs opérations de réhabilitation avec l'aide de l'Etat, de la région, du département et de l'office public d'aménagement et de construction du Val-de-Marne (OPAC) qu'il préside de 1983 à 1988 au titre de conseiller général.

En 1982, il fait rentrer la ville d'Orly de plein pied dans les opérations liées à la politique de la ville en signant une convention pour le développement social des quartiers. C'est pourtant sur ces questions de logement et d'habitat qu'intervient la rupture entre Gaston Viens et le parti communiste. Son exclusion est prononcée en 1989. L'augmentation des loyers engendrée par les opérations de réhabilitation n'est pas du goût de la direction fédéral du parti. L'édile lui estime pourtant que cette dernière est compensée par l'aide personnalisée au logement. Considéré comme appartenant au « mouvement des reconstructeurs » du parti communiste, il réussit tout de même à passer les barrages électoraux et à conserver son siège de conseiller général jusqu'en 2001 et celui de maire jusqu'au 21 mars 2009, date de sa démission au profit de sa première adjointe, Christine Janodet.

Commémoration de la libération des camps de la mort au monument à la Résistance et à la Déportation de Créteil avec remise de la médaille militaire à M. Gaston Viens, conseiller général, le 24 avril 1982. AD94, 39FI 189L'orlysien, septembre 1967. AD94, 130J 93 (2)

Bibliographie :

Claude Pennetier (dir.), Figures militantes en Val-de-Marne, Dictionnaire bibliographiques Maitron : un siècle de militantisme sur le territoire de l’actuel Val-de-Marne (1870-1970), Les éditions de l’Atelier, Paris, 2009.

Emmanuel Bellanger, "Un élu communiste à la tête d'un "département rouge" ?", in Emmanuel Bellanger, Julia Moro (dir.), Le Val-de-Marne. Anthologie : 1964-2014, L'Atelier, 2014, p. 57-59. 

Orly Notre ville - Hors série

 

Catégorie : Hommes politiques

Evénements liés :


Espace personnel

Informations pratiques

Archives départementales du Val-de-Marne
10, rue des Archives
94054 Créteil Cedex
Tél : 01 45 13 80 50
Nous contacter

Ouverture de la salle de lecture
Lundi : 13h30 - 17h30
Du mardi au vendredi :
9h - 17h30