porte-document
-A A +A

Second temps : Vacances pour tous

Photo de La plage de Maisons-Alfort.
La plage de Maisons-Alfort.
Août 1933
Photographie extraite de La Rampe, numéro 588 Musée de Maisons-Alfort. Association Maisons-Alfort Mille ans d’histoire

L’idée d’un tourisme populaire émerge. Il s’agit de guider et d’assister les salariés dans le choix de leurs vacances. Pourtant, en août 1936, on ne comptabilise que 560 000 billets vendus. Le chiffre dépasse à peine celui des ventes de 1935. En 1937, on atteint les 1,8 million et 1,5 million l’année suivante. S’approprier un temps pour soi sur plusieurs jours en dehors du travail demande un effort intellectuel et personnel considérable. Un ouvrier métallurgiste déclare : « Des loisirs ? Moi ? Je n’y avais jamais pensé ».
Aussi, les salariés restent-ils généralement chez eux et l’actuel Val-de-Marne confirme son rôle de zone vacancière pour les classes populaires de la région parisienne.

Les départs en masse ont lieu dans les années cinquante. La France entre dans la période des Trente Glorieuses associant essor économique et mesures favorables aux loisirs. Le 27 mars 1956, le gouvernement accorde la troisième semaine de congés payés. Le 16 mai 1969, le Parlement adopte la quatrième semaine de congés payés sept ans après la mise en place du système pour le personnel de la régie Renault.