porte-document
-A A +A

Le cheval et la science de l’Antiquité au XXe siècle

Carte postale
T. H. B. Caricature de vétérinaire. Cheval enrhumé].
[1950]
Carte postale. 13 x 9 cm
Archives départementales du Val-de-Marne
(1 ETP 1259-4)

Face aux guerres incessantes et aux grandes épizooties - rage, morve, charbon, peste - qui ravagent le cheptel équin depuis le XVIIe siècle, la médecine empirique des maréchaux-ferrants ne suffit plus. Les savants cherchent à mieux connaître l’anatomie du cheval et à proposer de nouvelles techniques thérapeutiques.
Grâce à l’action de Claude Bourgelat, écuyer de Louis XV, les premières écoles vétérinaires voient le jour à Lyon, en 1762, et à Alfort, en 1765. Elles enseignent aux futurs «artistes vétérinaires » la maréchalerie, la botanique et surtout l’anatomie. Honoré Fragonard, premier professeur d’anatomie de l’École d’Alfort, se lance, en compagnie de ses étudiants, dans des préparations anatomiques impressionnantes obtenues après une dissection minutieuse et des injections de cire.