porte-document
-A A +A

La montée en puissance de l’anticléricalisme : entre Franc-maçonnerie et Libre Pensée

Photographie de la Tombe du libre penseur. Cimetière d’Alfortville.
Tombe du libre penseur. Cimetière d’Alfortville.
Janvier 2005
Photographie (©Fabienne Marié-Maillet), DAD 94). 31 x 15 cm
Archives départementales du Val-de-Marne

Réflexion, études mais aussi influence politique s’entrecroisent. Des hauts dirigeants de l’État sont franc-maçons tels Jules Ferry ou Émile Combes mais aussi des sénateurs, des députés et des maires. Sur l’actuel territoire val-de-marnais, Ferdinand Laurent, premier magistrat d’Alfortville de 1892 à 1893, fait partie de cette fraternité secrète tout en adhérant à la Libre Pensée. Henri Vaudémont, conseiller municipal de Joinville-le-Pont, est officier du Grand Orient, rédacteur en chef de de La Voix des communes dans lequel il tient un Bulletin maçonnique et de libre-pensée. Les loges se multiplient et grossissent leurs effectifs. L’École Nationale Vétérinaire de Maisons-Alfort en accueille une, Vincennes aussi. En 1905, le Grand Orient de France compte plus de 90000 membres et soutient activement le parti radical dans le vote de la loi de Séparation.