porte-document
-A A +A

La mise en œuvre de la laïcisation : des lois Ferry aux lois communales

Photo de la Sortie de communion. Église du Plessis-Trévise.
Sortie de communion. Église du Plessis-Trévise.
Juin 1914
Photographie. 8,5 x 13,5 cm.
Société historique du Plessis-Trévise

Les communes val-de-marnaises accompagnent favorablement la sécularisation de l’institution scolaire. Gagnées par l’anticléricalisme, elles n’hésitent pas à dénoncer le Concordat et à émettre en conseil municipal des vœux de séparation des Églises et de l’État. Certaines soutiennent l’essor des cérémonies civiles. À Alfortville, à Charenton-le-Pont, à Ivry-sur-Seine, à Villeneuve-Saint-Georges, des sociétés se créent pour « « prêter concours et assistance, au besoin son aide, aux personnes qui lui demandent, en vue de la célébration, sans le concours d’aucune manifestation religieuse, des actes importants de la vie civile ». Adoption civique, fête de la jeunesse, mariage à la mairie et inhumation civile inventent un nouveau rituel mettant en avant l’esprit républicain. À cette laïcisation des étapes de la vie s’ajoute une sécularisation de l’espace communal.