porte-document
-A A +A

La contre-exposition des surréalistes ou la remise en cause du colonialisme

Tract
Collectif de douze surréalistes. Ne visitez pas l’Exposition Coloniale.
30 avril 1931
Tract
Archives du Parti Communiste Français
(Bob. 461)

Le 19 septembre, une contre-exposition ouvre ses portes au public. Louis Aragon se souvient : « « j’avais réussi à m’entendre avec la CGTU pour organiser une Exposition Anticoloniale dans un bâtiment qui se trouvait sur un terrain appartenant à cette organisation, au bas de ce qui avait été la rue Priestley, là où se trouve actuellement le siège du Comité central du P.C, place Fabien».

L’exposition comprend trois sections. La première offre une rétrospective de la colonisation. On y montre les crimes des conquêtes coloniales. On y parle des troupes coloniales mortes durant la guerre de 1914. On se sert des témoignages d’Albert Londres et d’André Gide sur le travail forcé. On évoque la crise économique mondiale et les colonies. Enfin, on présente les mouvements nationalistes s’apposant au colonialisme. La seconde salle est entièrement consacrée à l’URSS. il s’agit, selon les organisateurs, « d’opposer au colonialisme impérialiste l’exemple de la politique des nationalités appliquées par les Soviets». La visite se termine par une présentation des problèmes culturels soulevés par le colonialisme. On y expose des objets issus de l’art nègre, océanien et peau-rouge tout en s’attaquant aux missions religieuses et en adoptant des positions anticléricales.