porte-document
-A A +A

L’identification de la question laïque : de la Déclaration des droits de l’homme au Concordat

Feuillet imprimé de Modèles de déclarations à faire par les juifs. 1808
Par le décret impérial du 20 juillet 1808, Napoléon demande « aux sujets de notre Empire qui suivent le cadre hébraïque et qui, jusqu’à présent, n’ont pas eu de nom de famille et de prénom fixes, […] d’en adopter dans les trois mois de la publication de notre présent décret, et d’en faire la déclaration par devant l’officier de l’état civil de la commune où ils sont domiciliés ».». Il précise que que « ne seront point admis comme noms de famille, aucun nom tiré de l’Ancien Testament, ni aucun nom de ville. Pourront être pris comme prénoms, ceux autorisés par la loi du 11 germinal an XI ». À Saint-Maurice, le registre reste vide. Le maire certifie « qu’aucun Juif ne s’est présenté devant nous et qu’il n’est point à notre connaissance qu’aucune personne professant la religion hébraïque soit domiciliée dans la susdite commune ».
Modèles de déclarations à faire par les juifs.
1808
Feuillets imprimés. 21,5 x 17 cm
Archives départementales du Val-de-Marne
(E dépôt Saint-Maurice 3 P 1)

La période napoléonienne affirme la tutelle de l’État sur les Églises reconnues. Sous la Restauration, le catholicisme retrouve sa place de religion d’État. La France connaît alors un regain religieux important, notamment chez les protestants et les catholiques. De nouvelles communautés protestantes s’implantent comme à Nogent-sur-Marne. Le clergé catholique reconstitue ses effectifs : on compte 56 000 prêtres en 1870. Les grands ordres réapparaissent (jésuites, trappistes, bénédictins). Congrégations masculines et féminines se multiplient de même que les œuvres créées et dirigées par des laïcs. Durant le XIXe siècle, autorités municipales et clergé travaillent de conserve. Les municipalités affectent une partie de leur budget aux dépenses des cultes tandis que les paroisses doivent rendre des comptes. Face à ce renouveau, on assiste à la montée en puissance de l’anticléricalisme.