porte-document
-A A +A

Chapitre troisième : passeurs d’histoire

Feuille manuscrite
André Desguine (1902-1981). Maquette d’un article sur la maison des gardes des Guise
Sans date
Feuille manuscrite et dactylographiée accompagnée de photographies. 16,6 x 25,6 cm
Archives départementales du Val-de-Marne
(35 J 476)

Lors de la Révolution française, la vente des biens nationaux de première origine constitués du patrimoine de l’Église et des domaines privés du roi, associée à celle de deuxième origine récupérée sur les biens des émigrés et des condamnés à mort, marque un tournant pour un grand nombre de demeures. Berny et Conflans relèvent des biens ecclésiastiques, Choisy des domaines du roi et Saint-Maur des confiscations. Lazare Bonnardot, serrurier, acquiert le petit château de Choisy et une partie de ses dépendances. Marx Cerf-Beer obtient Saint-Maur. Tous deux dépècent les propriétés. De son côté, le comité de Salut Public récupère plomb et cuivres pour fabriquer des armes.
À partir du XIXe siècle, le territoire de l’actuel Val-de-Marne s’industrialise et s’urbanise. Les domaines des châteaux représentent des enjeux importants. À Saint-Maur, une fois le bâtiment démoli, on lotit le terrain. À Arcueil, on procède de la même façon. À Berny, ne subsiste qu’une aile tandis qu’une industrie de meubles investit les lieux. À Choisy, à partir de 1805, une faïencerie s’installe à l’emplacement du petit château. Comme pour Beauté à Nogent-sur-Marne, les chemins de fer contribuent aussi à la destruction du domaine.